L’anneau -AMOUR- matérialise l’interrogation « D’où venons-nous ? » Le crâne -MORT- répond à « Où allons-nous ? »

Publié le par Michel Durand

juillet2013-0265.jpg

Gyan Meer, Memento mori, Lyon BASA 2013

 

Afin de parler de la vie de tous les saints, donc de la fête liturgique que nous célébrons présentement, j’ai feuilleté plusieurs de mes notes et je n’ai rien trouvé qui puisse m’agréer ce jour. Alors, je me suis tourné vers d’autres écrits. C’est comme cela que je me suis arrêté à l’homélie de St Bernard ( XIIe siècle) au jour de la Toussaint. Je l’ai lu et relu avec, en tête, la création Memento mori de Gyan Meer pour la Biennale 2013, Fragiles.

Gyan Meer écrit : « Pour exprimer la fragilité au sein de la Biennale, j’ai choisi le genre du memento mori (« souviens-toi que tu mourras ! ») et les origines de la création divine. L’œuvre créée pour cette occasion est un triptyque interactif proposant une réflexion sur la mort, la vie et l’amour... Je suis parti de notre fragile existence en prenant une image particulièrement résurgente de nos jours, le crâne. Il symbolise la mort.

La vie, elle, est le regard du visiteur en mouvement. La mort et la vie s’unissent, communiquent, pour se transporter vers… le mystère de la conjonction : l’amour symbolisé par un anneau lumineux au centre du triptyque. Il est une représentation de la première création divine, la lumière. Une équation naît : mort + vie = amour.

Selon Maurice Roger, vicaire général du diocèse de Vannes, « la thématique de la BASA 2013, Fragilité, permet… d’éclairer de manière singulière toute la dynamique de Diaconia 2013 –Servons la fraternité- proposée dans tous les diocèses de France, inscrivant l’équation pascale mort + vie = amour au coeur du rapport à déchiffrer de manière toujours nouvelle par le regardeur entre l’homme fragile appelé au salut et la vision diaphane, à la fois proche et inaccessible, de la beauté lumineuse de son Créateur. » L’anneau -AMOUR- matérialise l’interrogation « D’où venons-nous ? » Le crâne -MORT- répond à « Où allons-nous ? » Quant au « Que sommes-nous ? », c’est au visiteur lui-même de réfléchir cette question à travers les deux axiomes précédents pour tendre vers un postulat de VIE … afin de mieux supporter la fragilité de sa condition humaine. »

N’est-ce pas ce que les Saints ont vécu avec bonheur, couronnant leur existence d’une réussite évidente ?

 

Lire la suite (ou entendre toute l'homélie de ce jour à St Polycarpe (Lyon)

venir ici ------

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article