Suivez-moi dans ma charité. Jésus parle au plus maléfique des hommes.

Publié le par Michel Durand

Jésus ne craint pas de se rendre dans une région mal famée.

Nous sommes dans le territoire de la Décapole, le long de la mer, sur sa rive orientale. Ce pays est celui des Gadaréniens (Mt) ou des Géraséniens (Mc) ou des Gerséniens (Luc), pays qui semble désigner toute la région à l'orient du lac de Tibériade comprenant la ville de Gérasa, bien que celle-ci soit fort éloignée. En tout cas, par rapport à la Galilée et à la Judée, c'est une terre étrangère. Marc montre que l'autorité de Jésus sur les démons s'exerce aussi en terre païenne.



Sur l'eau, peut-être au milieu de la mer (le lac), en pleine nuit, une tempête faillit faire sombrer la barque (Mc 4, 35-37). Les disciples embarqués (les Douze), se scandalisent de la désinvolture de Jésus. Tout le monde risque de périr et lui, il dort. Réveillé, il menace la mer et le vent tomba. « Qui donc est-il pour que même la mer et le vent lui obéissent ? » En Mc 1, 27 Jésus commande et ce sont les esprits impurs qui lui obéissent. Contre les éléments naturels déchaînés, type des forces d'opposition à Dieu, il n'y a que le pouvoir divin qui puisse se dresser efficacement.

« C'est toi (Dieu) qui maîtrises l'orgueil de la mer ; quand les vagues se soulèvent, c'est toi qui les apaises » (Ps 89,10).

Jésus est habité par cette puissance comme le prouve la rencontre de l'homme possédé d'un esprit impur.

Que faisait-il en ce lieu ?

Nous sommes hors des villes et il y a des grottes naturelles qui pouvaient servir de tombeaux, mais aussi d'abris. C'est le lieu des morts et des impurs où les hors-la-loi ne craignent pas de vivre. Rassemblement de ceux qui sont loin de Dieu.

« C'est un peuple qui me vexe, en face, sans arrêt : ils font des sacrifices dans des jardins, ils font fumer des aromates sur des briques, ils se tiennent dans des sépulcres, ils passent la nuit dans des grottes, ils mangent de la viande de porc, et leurs plats ne sont qu'un brouet d'ordures » (Is 65, 3-4).

Pour me permettre une comparaison avec les villes d'aujourd'hui, je parlerai d'une zone de  non-droit où la police n'ose pas s'aventurer, bidonvilles sous les ponts des autoroutes, Squat dans des immeubles inoccupés en attente de réhabilitation, campement sordide aux bords des banlieues (la Jungle). Jésus n'hésite pas à poser les pieds sur ces zones dangereuses où rien n'arrête le déferlement de la violence. Lire Marc 5,3ss.

Le démoniaque se prosterna devant Jésus, reconnaissant en lui la puissance du Créateur. Il accepte la domination irrésistible du Fils de Dieu. Comme Jésus n'est qu'avec les Douze, il n'impose pas le silence au possédé. Si les Douze ont du mal à comprendre, Jésus trouvera l'occasion de leur expliquer. Alors, le Fils du Dieu Très Haut libère l'Homme de l'esprit impur qui était Légion. La présence des porcs, animaux impurs où se réfugient les esprits impurs, augmente encore le caractère d'impureté de la région où se trouve Jésus.

 

Ce qui me marque particulièrement dans cet épisode (Marc 5, 1-20), qu'il est bon de relire encore en entier, c'est que Jésus sait très bien que la Loi lui interdit de s'approcher des gens qui sont marqués par de telles impuretés. Il n'hésite pas à le faire, car il est venu, envoyé par Dieu, non pour les bien portants, mais pour les malades. La miséricorde de Dieu se voit dans l'engagement dans l'engagement du Fils à se rendre en terre païenne, même chez ceux que les siens considèrent comme inabordables.

Contemplation

Suivez-moi dans ma charité.

Je regarde Jésus agir ainsi ; je le contemple pour obtenir la force, la grâce, d'en faire autant.

Ainsi soit-il.


Publié dans évangile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article