Un monachisme sans prosélytisme

Publié le par Michel Durand

Dans la ligne de l'article sur Bruno Curienne :Spiritualité monastique, spiritualité apostolique

L'avantage de la vie monastique, grâce à la pratique du « repli sur soi » en attente que Dieu convertisse, est l'absence de volontarisme.

Dieu fait tout. Tout dépend de son action en nous, de sa grâce. Ma volonté personnelle n'est que néant. Seul le Créateur de toute chose, le maître du monde convertit.

L'acte d'évangélisation ne sera pas le résultat de mes efforts, mais la résultante spontanée, naturelle d'un débordement de l'œuvre divine en moi. Autrui viendra boire à la coupe débordante de l'agir divin en mon intériorité. Autrement dit, selon cette image, l'évangélisation coule de source. « Les petits chiens viennent manger les miettes qui tombent de la table du maître. Ils mangent, sous la table, les miettes des petits-enfants, dit à Jésus une femme de nationalité syro-phénicienne (cf Mc 7, 24-30).

Il me semble qu'il est bon de rappeler cette évidence alors que l'Église d'aujourd'hui souhaite plus de visibilité, plaçant de nouveau le prêtre et son « caractère » sacerdotale au-dessus du peuple laïc.

Madeleine Delbrel

 

J'ai entendu de jeunes prêtres défendre l'attitude prosélyte de certaines manifestations chrétiennes. Des enseignements magistraux, sous forme de catéchisme, virent au dogmatisme, occultant les nécessaires nuances engendrées par le concret de l'existence.

Mais, revenons au monachisme d'orient et d'occident.

Si l'esprit « croisade » est sorti de l'Église latine, n'est-ce pas à cause de la fondamentale différence de conception de la vie religieuse dont je parlais plus haut ?

« Seigneur, tu demandes à ton Église d'être le lieu où l'Évangile est annoncé en contradiction avec l'esprit du monde. Donne à tes enfants assez de foi pour ne pas déserter, mais témoigner de toi devant les hommes en prenant appui sur ta parole ».

Office divin, vendredi I, prière du matin


Je demeure persuadé que bientôt le témoignage des prêtres-ouvriers, actuellement tant ignoré, le style de vie de Madeleine Delbrel, des petits frères et petites sœurs de Jésus dont on interroge leur volonté d'enfouissement, etc. toute cette vie cachée au nom du ressuscité sera de nouveau regardée avec toute la force d'annonce de la Bonne Nouvelle.


Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article