Homélie du dimanche 17 janvier 2010

Publié le par Michel Durand

Jeudi dernier, de jeunes époux et parents se sont rencontrés à l’occasion d’une demande de sacrement, soit leur mariage dans l’Église, soit le baptême de leur enfant.GerardDavidNocesCana.jpg

Ce genre de rencontre est toujours l’occasion de réfléchir sur le sens du mot « sacrement ». Une grâce, un don de Dieu, une protection divine. Mais, que se passe-t-il quand ce sacrement est donné d’une façon machinale sans que les personnes qui le demandent l’accompagnent de leur participation active ? A-t-on par ailleurs, pleinement conscience que l’amour de Dieu n’opère en nous qui si nous nous offrons à son action ?

L’un des participants de la rencontre témoigna que dans son enfance son baptême fut tellement peu accompagné de suivi éducatif chargé de sens et d’amour chrétien qu’il lui fallut attendre la trentaine et une démarche spirituelle personnelle pour en comprendre le sens.

Le récit du « signe » aux noces de Cana, de ce jour, me permet d’approfondir notre rencontre de jeudi.

 

Lire la suite (ou entendre l'homélie).

 

 

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article