Si les apôtres ont pu voir, nous, nous faisons confiance à ce qu’ils nous disent

Publié le par Michel Durand

messe-4-mars-2012-web.jpg

Eucharistie du 4 mars 2012, Lyon St-Ploycarpe

la pière du Notre Père

 

Mardi prochain je publierai une réflexion sur le fait de croire sans voir. Bienheureux ceux et celles qui croient sans avoir vu.

Transfiguration_Raphael.jpg

L’homélie de ce jour invite à réfléchir sur ce terrain. Qui a vu la transfiguration ? Pierre,

Jean, Jacques. Nous, nous ne pouvons que croire ce qu’ils disent.

C’est tout le défi de la transmission.

Une eucharistie autrement, comme celle de ce jour à Saint Polycarpe  nous place résolument dans la situation de celui qui croit uniquement parce qu’il croit en ce qu’on lui a dit.

 

Témoignage de Pierre :    
« En effet, ce n'est pas en nous mettant à la traîne de fables tarabiscotées que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus Christ, mais pour l'avoir vu de nos yeux dans tout son éclat. Car il reçut de Dieu le Père honneur et gloire, quand la voix venue de la splendeur magnifique de Dieu lui dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qu'il m'a plu de choisir ». Et cette voix, nous-mêmes nous l'avons entendue venant du ciel quand nous étions avec lui sur la montagne sainte » (2 P 1, 16).

Pour lire ou entendre l'homélie : voir ici

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

Père Michel, merci de votre énérgie et dédication quitidienne et merci à tous et toutes qui font l'écharestie vivante. Le "Notre Père" EST pour moi une prière très profonde et concrète, j'adore
cette prière transmise par Jésus Christ.


Père Michel vous deviendrez désormais Frère Michel
Répondre
M


Oui, Julio


de Père il n'y en a qu'un : Dieu le Père de tout ce qui est créé...



P

La joie de partager sur un texte de la Bible à Saint Polycarpe.


Dimanche dernier, rendez vous à 9h 30, c’est tôt pour un dimanche, mais 30 personnes sont là pour échanger sur le texte : " sacrifice d’Abraham " ou " ligature d’Isaac " Genèse 22. Texte
difficile à interpréter.


En trois quart d’heure, grâce aux échanges, nous avançons. On commence avec un Dieu qui réclame à un père le sacrifice de son fils.


Puis, petit à petit on découvrira comment Dieu dialogue avec Abraham, pour l’amener d’abord, à changer de vision et en finir avec les sacrifices humains, ensuite à laisser grandir son fils
jusqu’à se laisser dépasser par lui, et enfin, comment Dieu reconnait les qualités d’Abraham qui de ce fait, se trouve libéré.


 Chacun trouvera sa nourriture, tout le monde ne repartira pas avec le même bagage. Mais prenons notre temps et continuons d’étudier ces textes porteurs pour nos vies actuelles.


 
Répondre
M


Je vous emercie d'avoir par ce commentaire apporté le témoignage de ce que vous avez vécu ce dimanche matin au cours de la "messe autrement" ou messe qui prend son temps;  De 9h 30 à 13 h ;
16 h si on compte le repas de midi où il y avait beaucoup de monde. L'Eglise ce n'est pas seulement l'eucharistie dite par le prêtre, c'est toute la communauté qui prend le temps de se laisser
pénétrer par la parole divine. Rezcevoir ces textes porteurs pour nos vies actuelles.


J'en profite pour remercier Julio grâce à qui nous avons cette photo du moment de la prière du Notre Père. Dieu nous a libéré au point de pouvoir être par adoption son fils l'appelant
Père, papa.