Dans la prière, trouver une attitude détachée et toutefois extrêmement décidée ; celle du vainqueur combattant dans la lutte contre le Mal

Publié le par Michel Durand

église de Saint-Pierre le Moutier

église de Saint-Pierre le Moutier

 

Source de l'image

 

Mercredi des Cendres. Entrées en Carême. Lutte contre le Mal.

Je pense à l’archange Saint-Michel terrassant le dragon, le mal absolu. Ange matamore. Apôtre Saint Jacques terrassant l’ennemi. N’est-ce pas la lutte que nous entreprenons pendant ces quarante jours ?

Nous sommes ce mercredi des Cendres invité à jeuner et à prier pour que cesse la guerre ; toute forme de conflits. Et, bien évidemment je songe aux Ukrainiens. L’invraisemblable se produit en Éthiopie, en Érythrée, au Sahel et en combien d’autres pays ?

François de Rome : « Ne nous lassons pas de faire le bien, car, le moment venu, nous récolterons, si nous ne perdons pas courage. Ainsi donc, lorsque nous en avons l’occasion, travaillons au bien de tous » (Gal 6, 9-10a)

 

Le pape François invite l’Église catholique « а faire du 2 mars, mercredi des Cendres, une journée de prière et de jeûne pour la paix en Ukraine pour être proche des souffrances du peuple ukrainien, pour sentir que nous sommes tous frères et sœurs et pour implorer de Dieu la fin de la guerre ».

Protection de l’archange Michel au-dessus de la ville.

 

 

Je laisse la parole à Jean-Marie Delthil avec un texte où il évoque celles et ceux qui luttent contre l’ennemi.

 

C'était donc l'époque où la route (les routes) reliant Grenoble à Bonny-sur-Loire ne m'était pas inconnue…

Nous devions être il y a dix ou douze ans peut-être – et je m'étais mis dans l'idée, sur le chemin du Val de Loire, de passer par cette petite bourgade de Saint-Pierre-le-Moûtier, en département de la Nièvre.

Je ne la connaissais que de nom, puisque Sainte Jeanne d'Arc, en compagnie de son armée, l'avait libérée bien rapidement et facilement, à bras raccourci pourrait-on dire, aux mois d'octobre et de novembre de l'année 1429.

Nous sommes donc à présent dans les années 2007/2008, avec près de 600 ans de distance – je vais à l'église, et qu’elle ne fut pas ma surprise de constater la présence de cette belle et singulière statue : celle de Saint-Michel-Archange, terrassant le Dragon, c’est à dire terrassant, bridant et finalement brisant la personnification et représentation du Mal.

J'ai tout de suite aimé et beaucoup apprécié cette sculpture, son attitude forte, volontaire, déterminée… sans hargne toutefois, mais animée d'une grande foi et conviction.

Les traits de Saint-Michel étaient des plus finement représentés par l'artiste, montrant une attitude et psychologie intérieure du personnage tout à fait bonne et remarquable…

Bref : j'avais gradé de Saint-Michel et de cette visite, un peu comme de la lumière, un air de musique… une forte conviction, quoi qu'il en soit !

Et puis les années sont passées – et un malheureux Solex mis en vente en la ville de Montluçon me fit faire halte, une nouvelle fois et selon mes désirs, à Saint-Pierre-le-Moûtier, il n'y a ne serait-ce que quelques jours... et naturellement en son église.

Il me fallut attendre qu'elle ouvre, à neuf heures.

J'y suis allé.

C'est fou ce que l'on peut aimer et apprécier les rendez-vous – et les rendez-vous d'Amour, qui plus est – dans le fil de nos vies !... Ceux faits et accomplis avec et pour le Seigneur, en l'occurrence.

Je me plaisais à penser que Jeanne – Jeannette – s'était peut-être bien tenue elle aussi au-devant de cette statue (elle est en effet datée du XVe siècle)… quoi qu'il en soit, en cette église, assez souvent durant son court séjour en la ville, puisqu'elle aimait, selon les dires et témoignages dignes de foi et de confiance, à y aller maintes fois et à s'y recueillir pour y prier…

J'étais là, elle avait été là également, le temps nous séparant réduit en une misère… je regardais cette statue mise en un coin assez peu remarquable de l'église, à peine visible si l'on n'y prend pas garde… les traits de ce personnage, la beauté du visage…, et cette attitude détachée pourrait-on dire, et toutefois extrêmement décidée – et vainqueur – dans cette lutte et ce combat contre le Mal.

J'ai fait une photo, puis deux… puis quelques-unes encore.

Oui : « extrêmement décidée »… Comme Jeannette, elle aussi, le fut et ô combien !... et comme on ne peut l'imaginer à vues humaines, à lutter totalement, corps et âmes, contre ce qui abîme et salit l'homme, toute la personne humaine ainsi que sa dignité…

Toujours servir le Seigneur son Dieu, Lui faire bon accueil et bonne grâce – telles furent ses vues, son horizon chéri, et servi par ses actions généreuses et aimables au possible !…

 

Jean-Marie Delthil. Bonny-sur-Loire, le 29 avril 2019