Oraison et Esprit Saint - 4

Publié le par Michel Durand

Une méditation de Robert Beauvery

Au moins sept méditations sur ce sujet que je publie à raison d'une par semaine. Il est bon de suivre la méditation en consultant la Bible selon les références indiquées.

 


Par le Don de prière, L'Esprit-Saint aide l'homme à déplacer de soi à Dieu, les réalités négatives qui l'habitent ; à entrer dans l'apprentissage de l'Art de la Prière ; à s'unir en fils adoptif, à la Prière par excellence du Fils bien-aimé... par le Don de Crainte de Dieu, l'Esprit-Saint donne à l'homme un élément nouveau de participation à la prière du Seigneur Jésus.

LE DON DE CRAINTE DE DIEU
La crainte dont il s'agit ne relève ni de l'ordre somatique ou psychologique, ni d'un sentiment religieux primitif qui situerait l'homme en posture de peur devant le ciel. La Crainte de Dieu, selon les textes bibliques, permet à l'homme d'atteindre le sommet de la béatitude dans une relation libre, stable, fructueuse à son Seigneur, Ps. 1, 1-2 ; 25 (26), 3 ; 26(27) 11 ; 118(119) 30 ; 127(128) 4 ; Pro 1, 7 ; 9.10 ; 15 ,33 ; Si. 1, 11-20 ; etc ...
Donnée aux chrétiens, par l'Esprit-Saint, la Crainte de Dieu permet d'atteindre le sommet de relation filiale au Père, dans le Fils bien-aimé qui a vécu sur terre la perfection de cette crainte.

1. UNIFIE MON CŒUR AFIN QUE MON CŒUR PUISSE TE CRAINDRE 1

Le cœur qui n'est pas unifié ne donne pas spontanément la première place à Dieu et à son dessein, dans l'intimité de la conscience ; il peut même être tenté de mettre Dieu dans le coup de ses projets personnels, plutôt que d'entrer, consciemment et librement, dans le courant de Dieu. A l'extrême, le cœur unifié peut prendre le chemin désastreux de la non-soumission à ce pourquoi il est fait dont le terme est le SERVIAM satanique (je ne servirai pas !)
L'oraison, conduite par l'Esprit-Saint unifie le cœur de l'homme, non pas en un seul jour !... qui serait assez naïf pour le penser mais tout au long de l'assiduité, de progrès en progrès rendant l'homme plus capable de craindre Dieu, avec le craignant par excellence, le Fils Bien-aimé.

2. LE CRAIGNANT DIEU PAR EXCELLENCE

Du début à la fin de son existence terrestre, il a ajusté, consciemment et librement, la maîtrise de sa vie, à la volonté de son Père, sous la conduite de l'Esprit-Saint, Jn. 3, 34-35 ; He. 10, 9.
Dès le séjour au désert, durant 40 jours de jeûne et de prière, il déclara au Tentateur ses intentions dont la dernière récapitule les deux premières : « Le Seigneur ton Dieu, tu adoreras et c'est à Lui seul que tu rendras un culte ». Dt, 6, 13 ; Mt 4, 1-11.
Jusqu'à la fin, en particulier à Gethsémani, Jésus renonce à sa volonté propre pour adhérer à celle de son Père, ici plus exceptionnellement, au terme d'un combat spirituel, intérieur qui affecte profondément son corps et son psychisme d'homme (Mt, 26, 36-46), c'est-à-dire : il s'agit d'entrer dans le déroulement historique du Mystère pascal... le passage obligé de tout chrétien, Rm. 6.
En passant par l'ajustement journalier de son action concrète à l'œuvre de Dieu : Le Fils ne peut rien faire de lui-même mais seulement ce qu'il voit faire au Père, le Fils le fait pareillement... C'est que le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu'il fait » (Jn. 5, 19-20).

DIEU NE RESTE PAS EN RESTE VIS-A-VIS DE CELUI QUI LE CRAINT

Il l'aime ! Jn. 10, 17. Il le dit, Mt. 3, 17 ; 12, 18 ; 17, 5. Il demeure en lui, Jn. l7, 23-24. Il le comble de joie, Jn. 15, 11...
Certes, il s'agit en tout premier lieu du Fils unique ; cependant, les fils adoptifs qui entrent intelligemment, librement, dans la Crainte de Dieu, sous la conduite de l'Esprit-Saint et tout spécialement dans le temps de l'oraison, participent, eux aussi à la réponse plénière du Père, comme par exemple le don de Joie plénière, Jn. 3, 29 ; 16, 22-24; 2 Co. 7,4 ; La participation à l'amour, Jn. 16,27 ; Ro. 5, 5 ; à la mission de salut du monde, Jn. 20, 21 ...
à suivre ....

Publié dans Témoignage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article