Geste d'amitié envers la jeune brésilienne de 9 ans et ses proches

Publié le par Michel Durand

GROUPE SOLIDARITE à  l’enfant violée au Brésil
Maison Paroissiale
St. Maurice

13 rue St. Maurice
69008 LYON - FRANCE

 
 
Notre lettre est un geste de solidarité humaine. Tu es loin par la distance mais proche par ta souffrance.
 
Nous sommes révoltés par le comportement de celui qui a pris ton corps et fait de toi un objet pour assouvir ses pulsions ; avec les conséquences que cela a pour toi. Il s’est déshonoré par un acte inhumain.
 
Nous ressentons tout ce que cela peut représenter pour toi de désarroi et de souffrance, de grande difficulté à vivre. C’est aussi difficile pour ceux qui t’entourent et prennent soin de toi ; nous pensons d’abord à ta maman. Dis lui toute notre sympathie et notre appui.
 
Notre amitié veut être, selon nos petits moyens, une preuve de notre soutien : garde confiance en toi, en ton avenir. Nous souhaitons que tu trouves autour de toi des gens qui te montrent leur respect et leur estime, qui sont les nôtres aussi ; Que leur accompagnement exprime aussi le nôtre.
 
Notre lettre est aussi un geste de foi. Jésus de Nazareth  est celui qui nous conduit vers la Vérité, le respect de la dignité de chacun, la justice et l’Amour. Il nous dit et nous apprend par sa vie combien il est proche de toutes celles et ceux qui ne sont pas protégés et pris en considération.
Il ne juge pas et ne condamne pas, il sauve. Et c’est notre foi en Lui qui a aussi guidé notre lettre.
 
Nous espérons que beaucoup d’autres, hommes et femmes, croyants ou non t’enverront aussi leur geste d’amitié pour que tu gardes courage et espérance toute ta vie.


"Sale temps pour les femmes"
L'image ci-dessus est extraite d'un blogue pas vraiment tendre avec l'Eglise. Nous ne pouvons ignorer ces prises de positions qui s'expriment dans des demandes de "débaptisation". J'en ai enregistré une récemment.





 
 

Publié dans Témoignage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bruno Givelet 20/03/2009 17:38

BonjourC'est grace à des blogs comme le votre qu'il m'est possible de rester catholique. Non seulement je peux rester chrétien, mais je suis appelé à suivre des prêtres comme vous.C'est aussi grace au prêtre de mon secteur. La semaine dernière, j'étais tellement écoeuré par cette excommunication que je lui ai écrit pour demander de lire la très belle intervention de Mgr Patenotre au cours de la messe. Il m'a remercie de lui avoir écrit, et il était tout à fait d'accord avec moi. Je constate que nous avons un grand besoin de nous parler dans des moments pareils !Maintenant que la nouvelle de l'annulation de cette excommunication est tombée, il est temps de reprendre avec discernement ce qui s'est passé.Ce que je retiens,  c'est que je suis guère étonné par le comportement de l'évèque brésilien. Il est dans sa logique qui est si éloigné de moi, que je ne sais comment m'exprimer.Par contre, l'intervention du cardinal Ré en faveur de cette excomunication est bien l'évenement qui m'effraie le plus, car il me semble en dire long sur les idées de cet homme. Je ne vaux pas mieux que lui, ce sont ces idées qui me paraissent visiblement néfastes pour l'Eglise. En tant que catholique, est-ce que je suis appelé à exprimer plus fermement mon désaccord profond avec un homme qui occupe un tel poste dans la hierarchie catholique ?Et le deuxième point est que je me dois d'être plus renseigné sur les excommunications dans l'Eglise. Savez vous s'il y a un moyen d'en savoir plus ? Où peut-on connaitre les excomunications qu'il y a eu ces dernières années ? Connaissez vous un groupe de chrétiens qui militerait pour une plus grande transparence dans ces excommunications  ?Merci pour cet excellent blogMerci pour votre présence sur le net.Bruno

Michel Durand 20/03/2009 21:57


La question que vous vous posez est également la mienne. Je me demande à quelle date il faut remonter dans l'histoire pour rencontrer une situation semblable. Je n'ai pas la réponse et li nous faut
interroger les historiens. Un nouveau regard doit être posé sur la "casuistique" bien développé des pères jésuites.
A suivre.