Avoir l’audace de prendre l’initiative d’une présence dans des lieux ordinaires de rencontres. Centres de loisirs, associations, conférences

Publié le par Michel Durand

Avoir l’audace de prendre l’initiative d’une présence dans des lieux ordinaires de rencontres. Centres de loisirs, associations, conférences

source de l'image

 

Hier, j’ai déposé en ce blogue, la rédaction de deux membres du groupe étudiant Le courage de penser l’avenir de Christoph Theobald.

Aujourd’hui, je dépose ma méditation. Elle est à prendre avec les mêmes indications : support à la prière pour se renforcer dans l’action.

 

La lecture de ce chapitre VIII, Le courage de penser l’avenir, me rappelle que, les 80 ans passés, je suis bien sorti de la vie active et qu’il n’est pas vraiment facile d’accepter de se voir sur la touche. Je développe toujours l’importance de la médiation, de la prière, de la contemplation et je continue à dire que la vie en ermitage urbain est missionnaire. Mais je constate que l’écart entre présence en Eglise et présence au monde s’agrandît.

En effet, en ce qui me concerne, la diminution de demandes précises entraine une baisse d’occasions naturelles, fonctionnelles, pastorales de rencontrer des personnes. Quand on est « professionnellement » situé, il est aisé de prendre des initiatives. Il relève de la fonction de prendre la parole, d’organiser un événement. Quand on est « seulement » à la base, dans la masse du peuple, il faut une forte énergie pour prendre des initiatives. J’imagine qu’il y a toujours la crainte d’entendre la question : de quelle autorité agit-il de la sorte ? Voir Marc 1,21-28, l’évangile de l’eucharistie du 10 janvier.

Or, Christoph Theobald observant les dégâts que l’humain afflige à la Terre (de l’holocène vers l’anthopocène) développe l’enseignement social de l’Église en montrant que l’appel basique du baptême, la mise en pratique de l’Évangile conduit à agir dans le monde tel qu’il est pour le réajuster à la pensée divine. L’Évangile ne conduit vers la prière que pour que le temps passé avec Dieu, en Église (et/ou en solitude), soit le renforcement de l’audace à se convertir et à convertir les gens rencontrés pour que soit vécu la fraternité.

Le but de la vie chrétienne n’est pas le repliement dans le temple mais la présence à autrui au bénéfice de la Terre et de l’Humain : « le kérygme possède un contenu inévitablement, social : au cœur même de l’Évangile il y a la vie communautaire et l’engagement avec les autres ». C’est l’évangile du 10 janvier 2023, Marc 1,21-28, où Jésus, s’éloignant de ce qui se fait ordinairement dans une synagogue, vient efficacement au secours d’un homme en mauvais état psychologiquement - possédé par un esprit impur.

Dieu nous appelle à sortir de la prière, du temple (bâtiment église) pour créer du lien entre les humains tout en respectant la Terre. Action politique contre l’anthropocène.

Je reviens à l’absence de fonction officielle.

Pour y remédier il convient d’avoir l’audace de prendre l’initiative d’une présence dans des lieux ordinaires de rencontres. Je pense aux centres de loisirs, maisons de la culture, lieux de conférences, à la vie associative, soutien aux migrants. Même si tous les problèmes d’abus dans l’Église rend difficile la prise de parole (j’en fait l’expérience), il importe de ne pas démissionner. Mais, j’avoue que je me sens de plus en plus paresseux et craintif. J’avoue que je ne me vois pas aller jouer à la pétanque avec le groupe qui s’y trouve, place Ambroise Courtois. Et je suis sans désir de jouer aux cartes chez des amis. Pourtant…

Entretenir le désir de rencontrer autrui. Comprendre que c’est un devoir basique comme l’indique la parabole du Bon Samaritain.

Actuellement l’Église est largement tournée vers l’intérieur, le culte. Une paroisse fonctionne principalement avec des propositions concernant le religieux. Que faire, comment faire pour l’ouvrir sur le monde actuel ? Chaque chrétien (donc moi-même) doit être dans le monde le disciple du Christ pour que « l’Évangile du règne de Dieu puisse s’introduire effectivement dans notre réalité sociale, économique et politique ».