Ce n'est pas un "grand ménage de printemps" qui doit nous effrayer

Publié le par Michel Durand

Pour lire l'homéle : vite sur le site de St-Polycarpe des pentes de la croix rousse

Vincent Feroldi me communique ce message, adressé à ses paroissiens de Corbas. Je l'en remercie.


Il y a longtemps que l'Eglise de France n'avait pas connu une telle tempête !

C'est bien l'ensemble du peuple de Dieu - catholique - qui a été interpellé, bousculé, troublé par les différents événements ecclésiaux qui ont fait la une de l'actualité tout au long de cet hiver 2008/2009.


Laïcs de base, prêtres, militants, diacres, évêques, responsables de mouvement, s'interrogent sur les multiples causes à l'origine de ce que les uns ont appelés des dérapages, d'autres des manipulations, d'autres encore des dysfonctionnements, d'autres enfin des actes passéistes.


L'Eglise catholique - et ses responsables : pape, cardinaux et évêques - n'en est apparue que plus humaine, faillible, attachée solidement à sa source : le Christ, mais ô combien maladroite dans sa communication avec l'opinion publique. Elle qui se veut servante de l'Evangile est apparue à beaucoup d'entre nous doctrinaire, ne manifestant pas assez la tendresse de Dieu pour un monde qu'Il aime et qu'Il nous demande d'aimer passionnément.


L'Eglise - ma mère et notre mère - saura-t-elle redevenir cette Eglise de proximité, cette Eglise de terrain, cette Eglise de compagnonnage qui nous est chère ?


Vraisemblablement, parce que nous sommes tous l'Eglise et que ce n'est pas un "grand ménage de printemps" qui doit nous effrayer, surtout si nous en profitons pour innover, créer, rafraîchir, tout en gardant les "meubles" qui en ont fait le charme et la richesse !


N'est-ce pas un peu ce que nous disent le "Message du matin de Pâques" de la communauté chrétienne de Corbas (Rhône) et sa prière pascale ?


Vincent Feroldi, prêtre diocésain (Lyon)



Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article