À un édifice somptueux et sacré, Dieu préfère l’homme attentif à sa Parole et vivant fidèlement selon celle-ci. Homélie du dimanche 18 décembre 2011

Publié le par Michel Durand

J'arrive en retard aujourd'hui. La biennale vient de se terminer. Une rencontre (déjeuner-bilan) a pris une partie de l'après-midi avant que les artistes présents ne décrochent leurs œuvres. Puis nous savons établis une liste de thèmes possibles pour 2013. L'aventure BASA continue. C'est en tenant compte des créations architecturales et artistiques que j'ai pensé l'homélie. On peut l'entendre comme un contre point à l'œuvre humaine de qualité.


1822w.jpg

 

Ce qui compte, essentiellement, c’est ce que le Seigneur opère en nous, directement. Nathan, le prophète de Dieu envoyé à David, est chargé de lui faire comprendre qu’il n’appartient pas à l’homme de faire des projets pour Dieu. C’est Dieu qui établira au milieu des hommes sa « maison ». Et la maison dont il parle, ce n’est pas un ensemble de pierres judicieusement taillées, mais une famille, une descendance qui sera apte à préparer Israël à la venue du Messie.

À un édifice somptueux et sacré, Dieu préfère l’homme attentif à sa Parole et vivant fidèlement selon celle-ci. Dieu veut un peuple où il puisse manifester sa présence. Une simple tente de réunion suffit. C’est là que prendra place l’arche d’Alliance, symbole de sa présence. Mais, même sans toit de toile, Dieu est présent au milieu des siens quand ceux-ci sont fidèles à l’écoute de sa Parole.

Surtout, ce qu’il ne veut pas c’est qu’on l’enferme dans une conception nationaliste, ethnique, étroite, tribale ou de classes. Le Temple de pierre a le danger d’enfermer dans une religion partisane.

Pour lire ou entendre toute l'homélie, se rendre sur le site de St Polycarpe.



Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article