Que la peur de la mort cesse de nous empêcher de risquer notre vie en agissant même sur les structures publiques pour le bonheur de tous

Publié le par Michel Durand

Que la peur de la mort cesse de nous empêcher de risquer notre vie en agissant même sur les structures publiques pour le bonheur de tous

Source de l’image

 

En réponse à mes vœux de Nouvelle année, Roger Servy (prêtre pradosien) m’adresse ce qu’il a rédigé à ses amis et membres de sa famille.

Vœux profondément médités et pensées. Belle originalité. Assurément, la personne de François de Rome se devine derrière ses mots. Roger s’interroge sur le fait que le pape François ne parle que de dialogue. Il n’invite pas à passer l’action. Combat entre théologie de la libération et théologie du peuple. Cela rejoint le sentiment de Jean-Paul dans son commentaire à ma page du 2 janvier. Il écrit : « je n'ai pas vraiment envie de lire le bouquin de François car, d'après les commentaires que j'ai pu découvrir ça et là, je pense qu'on devine assez vite le contenu ...sans doute très noble et vertueux, mais qui en reste malgré tout au niveau du discours, des paroles ... ! »

 

Bonne Année et joyeuses fêtes à toi, à ta famille et à tous les tiens.

Bonne Année donc à tous les humains, nos sœurs et nos frères.

Que selon nos principes français, ensemble, nous respections vraiment la vie que nos convictions, religieuses ou pas, nous inspirent de fêter.

Que nos amis musulmans, juifs ou autres … nous aident à inventer une société vraiment laïque.

En ce temps de Covid , que rien ne nous empêche de réfléchir, même publiquement, à la mort que souvent nous faisons semblant d’ignorer.

Que nos médias, écoles…nous aident enfin à découvrir et à confronter les différentes sagesses qui font vivre, et mourir (et ont fait vivre et mourir) la majorité de l’humanité.

Que la peur de la mort cesse de nous empêcher de risquer notre vie en agissant même sur les structures publiques pour le bonheur de tous.

Jésus de Nazareth en a donné un bel exemple tout en bousculant les puissants (civils ou religieux) et en effrayant  les foules.

Changer les habitudes, et les lois, quel  crime !

Certains suivent cet homme qui a risqué sa vie pendant plusieurs années en déracinant le chacun pour soi. Quelle fête !

 

Joyeuses fêtes

et…  vivent ceux qui risquent intelligemment ! .

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article