B. Häring : les divorcés remariés

Publié le par Michel Durand

Un membre de l’équipe « Reliance » où je me trouve en tant que « conseiller spirituel » m’a donné à lire le petit libre de Bernhard Häring : « Plaidoyer pour les divorcés remariés », Médiaspaul – le Cerf, 1995.

Ce texte fut publié en langue allemande en 1990, presque 20 ans !

Quel théologien moraliste, aujourd’hui, connaissant bien les personnes concernées par sa position de pasteur dans une Église déterminée, pourrait reprendre la pensée de B. Häring ?

On sent l’auteur optimiste. Il est persuadé que l’Église catholique prendra de plus en plus le chemin des Églises orientales et de leur spiritualité de « l’économie » dont le principe a été accepté par les évêques qui participaient au Synode sur la famille en 1980 : « Malgré des apparences contraires, l’Église catholique dans son ensemble est en marche vers une spiritualité et une pratique de « l’oikonomia ».

« L’économie » désigne l’ensemble du projet de Dieu pour le monde qu’il veut mener au salut en bon Père de famille qu’il est ; elle désigne une spiritualité qui se caractérise par la louange rendue à l’ « administrateur » très miséricordieux de l’Église ». Il s’agit de se laisser guider par l’Esprit, se sachant tous appelé à la sainteté sous le regard plein de miséricorde du Christ.

En Orient, la célébration liturgique d’un second mariage fait partit de ce « processus général d’application de l’oikonomia » qui… débouche sur la gloire et la louange de l’ « administrateur » (oikonomos), infiniment miséricordieux et infiniment saint ». Selon B. Häring, cette pratique « encourage plus efficacement à la persévérance du mariage et à la paix que la rigidité légale surtout lorsque la sévérité de la loi habituellement dominante dans les tribunaux matrimoniaux s’éloigne du « précepte but » de la miséricorde, conduit beaucoup de gens à se révolter contre une Église excessivement légaliste et, malheureusement aussi, contre la norme de l’indissolubilité du mariage au sens rigide ». Le « précepte but » désigne ce vers quoi l’on tend, la ressemblance à Dieu qui a compassion de tous, s’oppose au « précepte limites », qui signifie les interdits et oriente vers un retour au régime de la loi dont le Christ nous a libérés. « Désormais, vous n’êtes plus sous le régime de la loi, mais sous celui de la grâce » (Rm 6.14).

 

Michel Legrain (Les personnes divorcées remariées, éditions Le Centurion, 1994) qui a rédigé la préface, cite les efforts pastoraux de Mgr Armand Le Bourgeois. Qu’en est-il aujourd’hui de cette ouverture vers plus d’amour miséricordieux et moins de légalisme ?

Le livre de Jacques Nourissat et Eric Jacquinet, « Divorcés – remariés, un chemin nouveau », Salvator, 2008 sonne comme une alarme qui montrerait que la vision optimiste de B. Häring serait dépassée.

Avez-vous un avis à ce propos ?

Ensemble, nous pourrions dresser la liste des ouvrages en théologie morale ou en pastorale écrite à ce sujet et les classer selon leur tendance pour faciliter le discernement.

Il y a cinq ans, peut-être, en la paroisse Saint-Polycarpe des pentes de la croix-rousse, nous avions tenu un débat qui a rassemblé plus de 50 personnes d’opinion très diverses. Je pense qu’il serait opportun de recommencer.

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

Votre présentation du livre de Haring me donne envie de le lire...
Moi aussi j'ai lu le livre de Nourrissat et Jacquinet et ai ressenti de l'enfermement.
J'ai eu plus de bonheur à lire "accueilir les divorcés, l'évangile nous presse", de Guy de Lachaux qui rejoint un peu "l'économie" dont vous parlez .
Par delà les échecs ( jésus ne s'est-il pas confronté jusqu'à en mourir à l'échec de sa mission ?) une résurrection est possible, inattendue, surgissante, que nous pouvons accueillir comme un don,
dans la louange et la joie,  intégrant l'histoire blessée sans la gommer ( danger des "reconnaissances de nullité") , par des chemins que seul l'Esprit inspire ... dans la prière, l'effort
de  discernement et la prise de risque !
Lorsque l'autoroute est bouchée, il reste les sentiers, même esparpés, même dangereux,  même non tracés sur la carte ... l'essentiel est de cheminer vers le "but".
Bien fraternellement à vous . Françoise Rodary 


Répondre
M

Ce livre doit se trouver en bibliothèque. Savez-vous que Reliance cherche à étendre son mouvement ? On en reparlera je pense bientôt.