Dans cette lettre, nous ressentons toute l’attention humaine et évangélique le Père Chevrier porte aux personnes rencontrées

Publié le par Michel Durand

Dans cette lettre, nous ressentons toute l’attention humaine et évangélique le Père Chevrier porte aux personnes rencontrées

Source de l'image

Bien sur dans la ligne des pages précédentes de ce blogue, aujourd’hui j’ai envie de lire une lettre d’Antoine Chevrier où l’on ressent bien toute l’attention du père à répondre aux attentes toute humaine des personnes rencontrées.

Lettre n°28 à Monsieur l’abbé Bernerd

 

L’abbé Bernard a travaillé à la providence du Prado, à Lyon en 1864 ; il fut le premier auxiliaire du père Chevrier et il se trouve en 1866 à Rome où il est allé rejoindre Mgr Dubuis, son compatriote et ami dans l’idée de le suivre en Amérique, chez les Comanches.

Dans cette lettre, nous ressentons toute l’attention que le fondateur de la Providence du Prado, une œuvre pour répondre aux besoins de la jeunesse déshéritée de l’époque… nous ressentons toute l’attention humaine et évangélique portée aux personnes rencontrées.
André Bernerd resta 22 ans au Prado. 
On est au Printemps 1866

 

Mon bien cher Confrère...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article