Le capitalisme, même modéré, peut-il être au service de l'homme ?

Publié le par Michel Durand

Dans mon homélie de dimanche dernier, je faisais une allusion à la conférence des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (EDC), sans être assez explicite. Je souhaite, aujourd’hui, l’être davantage.

Les EDC ont publié un petit livre chez Albin Michel : Pour un capitalisme au service de l’homme, rédaction de Michel Cool. Ils proposent une conférence-débat dans les salons de l’Hôtel de Ville de Lyon ce lundi 21 décembre à 19 h.

Sur le site informatique de l’Église de Lyon, nous lisons cette annonce :

L’association EDC, Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, propose une conférence-débat à l’occasion de la sortie du livre de Michel Cool et Pierre Deschamps : « Pour un capitalisme au service de l’homme », avec Pierre Deschamps, Président National des EDC , Luc Thoral, Diacre, Secrétaire Général CFDT de la Loire, Rickie Moore, Professeur à l’EM Lyon. Débat animé par Philippe Lansac (RCF) et Xavier du Crest de Villeneuve (EDC-Les Matinales). Conférence placée sous la Présidence de Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, et en présence de Richard Brumm, Adjoint au Maire délégué aux Finances Publiques et à l’Administration Générale.

coolJ’ai souhaité lire ce livre pour essayer de comprendre le sens du débat : un capitalisme au service de l’homme. Mais je n’ai pas encore compris, faute d’arguments concrets présentés dans ces quelques pages. Celles-ci ne sont qu’une suite de bonnes intentions. On y rencontre le témoignage de priants, de lisants l’Évangile. Un plaidoyer pour nous inviter à dire : voilà, j’ai rencontré de bons chefs d’entreprise ; il n’y a pas que des « maudits patrons ». Jamais je n’ai vu abordé le capitalisme dans ses racines. Et cette affirmation, les membres des EDC « sont passés d’une parole paternaliste à une parole d’homme à homme ancrée à la fois dans les réalités du monde et dans le message évangélique » attends toujours des preuves concrètes.

Les EDC reconnaissent qu’il y a des dérives dans l’action économique ; mais, ils ne semblent pas disposés à mettre le doigt sur la source de ces dérives, les causes de la crise financière. Il ne suffit pas de dire « s’il reste que l’actionnaire – qui prend le risque – reste l’ultime décideur, il est hautement légitime de prendre en considération le développement intégral des autres parties prenantes : salariés, consommateurs sous-traitants, cité… » Il faut prendre les moyens pour que les dérives ne se produisent pas.

Comme au XIXe siècle, les EDC nous placent devant le spectacle d’entrepreneurs qui constatent les problèmes engendrés par le marché et qui s’efforcent de les adoucir alors qu’il faudrait éradiquer les maux. Prévenir plutôt que soigner. Les chrétiens sociaux face aux chrétiens qui font du social.

Et si je comprends bien les textes des papes depuis Léon XIII, le capitalisme est au service du profit et non de l’humain. Fondamentalement le capitalisme ne peut qu’être au service du capital des actionnaires et non au service de l’homme. N’est-ce pas pour cela que le prêt à intérêts était interdit ?

Comme on le pratique aujourd'hui, le capitalisme n’est-il pas « un régime dans lequel ceux qui possèdent l'argent se subordonnent tous les autres et assument en quelque sorte la direction de la vie humaine » (Valensin, 1933). C'est un régime caractérisé par le rôle prépondérant du capital-argent, par une organisation de la production qui octroie au capital une influence dominante et même exclusive dans la direction des entreprises et de la vie économique en général.

Certes, dans ses déclarations, les textes pontificaux s’entourent de beaucoup de prudence. On n’est pas directement saisi par la condamnation du capitalisme. Mais elle est bien là.

Finalement, je pense qu’une fois de plus, dans les salons de l’Hôtel de Ville sous la présidence d’un maire socialiste (?), le message évangélique sera plusieurs fois édulcorés. Pour s’en assurer, il nous ne coûtera un droit d’écoute de 10 €. En achetant le livre sur place, seulement 20 €. On y gagne 5 €.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article